Choisir la bonne chaudière à bois

« L’accroissement annuel naturel de nos forêts représente un volume de 87 millions de m² chaque année. Il n’y a pas de problème de déforestation en Europe. »

Le confort et le plaisir des flammes de la chaudière à bois

Le bois est abondant, renouvelable, naturel… C’est l’appoint idéal de tous les chauffages, voire un chauffage central à part entière ! Cheminées ouvertes, inserts et foyers fermés, poêles bûches, poêles granulés… le choix est vaste ! Très français, le plaisir de la vue du feu est parfois incompris de nos voisins allemands et autrichiens, pour qui le feu est avant tout un moyen de chauffe. En 2006, il s’est vendu 310 000 cheminées ou foyers fermés, ISO 000 poêles 27 000 chaudières !

Comment choisir un appareil de chauffage au bois ?

Si votre objectif est de chauffer, mieux vaut oublier la cheminée ouverte. Le plaisir des flammes ne compense malheureusement pas son mauvais rendement (inférieur à 10%). A moins de l’équiper d’un clapet bien étanche, elle transforme la maison en passoire à calories, lorsqu’elle ne fonctionne pas. L’incorporation d’un insert améliorera son rendement ou, mieux encore, la construction d’une cheminée neuve avec foyer fermé, permettra d’atteindre un rendement jusqu’à 80%, grâce à un système de récupération de chaleur dans la hotte. Autre possibilité, le poêle à inertie. C’est un poêle dont la masse est telle, qu’un feu nourri de deux heures suffit à le faire rayonner durant 12 heures. Poêle traditionnel alsacien en faïence (kachelofen) ou poêle construit sur place (terre crue, pierre, briques…), c’est une solution qui convient bien dans une maison compacte et en zone rurale.
L’alternative moderne, c’est le poêle. Simple à installer, efficace, il cumule chauffage de l’air par convection et par rayonnement. Certains sont de véritables merveilles de technologie avec une autonomie de plus de deux jours (granulés) et des rendements de 95%.

Enfin, il est possible de relier inserts et poêles à un circuit de chauffage traditionnel, par l’intermédiaire d’un ballon tampon. Ces systèmes présentent toutefois des contraintes : alimentation régulière, manipulation du combustible, difficulté de réglage, pas de chauffage en cas d’absence…, mais peuvent suffire à chauffer une maison compacte et bien isolée.

Vaut il mieux choisir les bûches ou les granulés pour sa chaudière à bois ?

Le chauffage à bûche est le plus économique, surtout si l’on « fait » son bois soi-même. Attention, le rendement varie beaucoup en fonction de l’hygrométrie du bois, idéalement inférieure à 20%. La manutention des bûches peut devenir une corvée et, passé un certain âge, un exercice pénible. Le granulé, livré en sacs, est une solution plus confortable et plus adaptée à la vie urbaine.
Pour information, 1 tonne de granulés chauffe autant que 500 litres de fioul, 0,4 tonnes de propane ou 3 à 5 stères de bois.

Comment dimensionner son installation de chauffage au bois ?

Déterminer la puissance de l’appareil dépendra du climat de la région, de l’isolation de la maison et de la taille de la pièce dans laquelle il va être installé. La plupart des appareils à bûches sont conçus pour fonctionnera haut régime. Il vaut mieux donc privilégier une petite puissance plutôt que de le faire tourner au ralenti : à petite puissance, un poêle bûche s’encrasse, son rendement baisse et il s’use plus vite. En appoint dans une maison bien isolée, 5 kWde puissance suffiront. La conception des poêles à granulés favorise au contraire un fonctionnement au ralenti. Là, c’est plutôt la succession trop rapprochée de démarrages et d’arrêts qui sera dommageable à l’appareil.
Le rendement fait partie des critères à prendre en considération dans vos comparatifs, il conditionne la quantité de combustible à prévoir en consommation.

A qui s’adresser pour me conseiller sur mon installation de chaudière à bois ?

Il est conseillé de faire appel à un « professionnel qualifié » Qualibat ou Qualibois, par exemple. Seuls les appareils dont le rendement est égal ou supérieur à 70% ont droit aux aides à l’installation. Certains poêles à granulés sont bruyants. Demandez à votre installateur de visiter une installation existante et de discuter avec des clients. La notion de nuisance, supportable ou non, est très subjective d’une personne à l’autre.

Combien coûte une installation pour diffuser la chaleur produite par une chaudière à bois ?

Installer des « grille-pains » est le plus léger des investissements (entre 100 et 200 € l’appareil) et il suffit de fixer le diffuseur (qui est aussi le producteur de chaleur) au mur et de le brancher. Ils chauffent vite, mais c’est une solution chère à l’usage et peu confortable : l’air est sec et la chaleur mal répartie dans la pièce. Ils conviennent parfaitement dans une salle de bain où le besoin de chaleur est ponctuel.
Les panneaux rayonnants ont un coût supérieur pour une installation également simple (de 200 à 500 € l’élément), un investissement comparable à celui réclamé pour des radiateurs traditionnels fonctionnant sur un réseau central (en fonte par exemple). Les solutions les plus discrètes et les plus confortables, le mur et le plancher chauffant, sont aussi les plus coûteuses (comptez 100 €/m2) mais ils sont plus économes en énergie à confort égal.
Attention, les murs chauffants sont envisageables en rénovation ! Ils se posent en priorité sur les murs périphériques de la maison, pour éviter la sensation de paroi froide. Le plancher chauffant réclame lui une rénovation lourde de la maison.

Quelles sont les contraintes liées à l’installation d’une chaudière à bois ?

La réglementation impose certaines obligations :
•    Faire ramoner les conduits de fumée deux fois par an minimum
•    Faire procéder à un essai d’étanchéité des conduits de fumée tubes par une entreprise qualifiée (fumisterie) tous les trois ans.

Exemples de coûts d’appareils de chauffage pour une puissance
Puissance et rendement, la puissance exprime la quantité d’énergie émise par :

Puissance en kW Rendement Coûts HT en€
Cheminée ou un foyer ouvert Moins de 10% De 1000 à 8000
Foyers fermés 10 à 15 30 à 80% De 2000 à 8000
Poêles bûches 5 Jusqu’à 80% De 1400 à 3500
Poêles bûches 10 De 70 à 80% De 775 à 6000
Petits poêles à inertie 6 à 12 De 75 à 83% De 4000 à 6400
Poêles à inertie Plus de 12 De 80 à 95% De 6000 à plus de 1500
Poêle granulés 10 De 80 à 95% De 1700 à 7500
Chaudière bûches » 15 De 70 à 93% De 2600 à 7800
Chaudières granulés* 15 De 90 à 97% De 8000 à 14000
Chaudières plaquettes4 20 De 85 à 94% De 8000 à 24000
Retour haut de page